Home > Actualités > Chambre d'Agriculture 34 : malgré la censure de ses ...
Partager sur :
PESTICIDES
29.11.2019

Chambre d'Agriculture 34 : malgré la censure de ses propositions, la Conf 34 compte bien se faire entendre !

29.11.2019 -

Émilie Dequiedt, élue représentant la Confédération paysanne à la Chambre d'Agriculture de l'Hérault

Ce matin se tenait à Servian la session de la Chambre d'Agriculture départementale de l'Hérault. Par l'intermédiaire de son élue, Émilie Dequiedt, la Confédération Paysanne y avait proposé deux motions dans le but de faire entendre les positions de 16% des agriculteurs et agricultrices (votants) du département, et de permettre le débat, au sein de l'instance démocratique que devrait être la Chambre d'Agriculture.

Nous ne pouvons que regretter le fait que nos motions n'aient même pas été présentées ! À la place, deux motions du bureau de la chambre ont été mises au vote et suivies comme toujours par les représentants du syndicat majoritaire !

Nous continuerons à faire entendre nos positions par tous les moyens et à nous adresser à tous les paysan-nes pour défendre une autre vision de l'agriculture :

1- Une agriculture qui ne met pas en danger les paysan-nes et les citoyen-nes

C'était l'objet de notre motion sur les pesticides de synthèse : produits toxiques aux impacts sanitaires et environnementaux graves. Pour la Confédération paysanne de l'Hérault, l'urgence est à une vraie politique publique de sortie des pesticides.

Pour nous, les chartes départementales, comme celle signée dans l'Hérault le 20/09/2019, constituent de fausses solutions, d'abord là pour protéger la logique agro-industrielle face aux inquiétudes montantes de la population.

La réalité est que ces chartes ne répondent en rien à l'enjeu sanitaire réel. La mise en place de distances d'interdiction d'utilisation de pesticides à proximité des lieux d'habitation ou de travail, quelles qu'elles soient, ne protège pas les riverain.e.s, encore moins les paysan-nes. Certes, dans certaines situations, cela peut limiter les risques d'intoxications aiguës. Mais les pesticides se retrouvent dans l'air, l'eau, les sols, l'alimentation et des distances n'y changeront rien.

La meilleure manière de protéger les paysan-nes et l'ensemble de la population est d'interdire les substances les plus toxiques et de permettre aux paysan-nes de regagner en autonomie. Pour cela, il faut mettre en place des politiques publiques qui

  • accompagnent le changement des pratiques et garantissent le déploiement des alternatives sur les fermes

  • soutiennent les paysan-nes pour assurer une meilleure valorisation de leur production : instauration de systèmes de régulation des productions et des prix, réorientation radicale de la Politique Agricole Commune, sortie des accords de libre-échange.

2- Une agriculture tournée vers la solidarité entre toutes les composantes de notre société, paysan-nes, salarié-es du privé ou de la fonction publique, chômeurs, précaires...

C'était l'objet de notre motion sur les retraites agricoles. Et c'est dans cet esprit que la Confédération Paysanne 34 s'associe au MODEF 34 pour appeler à mobilisation le 5 décembre prochain.

Solidaire avec l'ensemble des travailleurs et travailleuses, la Confédération paysanne participe à la convergence du mouvement social. Nous nous battrons pour un système de retraite par répartition solidaire et équitable, où chacun-e cotise selon ses moyens et perçoit selon ses besoins.

Le système des retraites agricoles est à bout de souffle si tant est qu'il ait déjà respiré. Il reproduit les inégalités de la vie active et conduit à des retraites misérables en particulier pour les femmes et les retraité-es d'outre-mer. C'est pourquoi nous revendiquons dès aujourd'hui une revalorisation des pensions les plus basses : pas de retraite en dessous du seuil de pauvreté (1015€) !

Le futur système de retraite doit garantir l'égalité entre les femmes et les hommes, instaurer une retraite plancher quel que soit le parcours professionnel et un plafonnement des plus grosses pensions. Pour être à la hauteur de nos ambitions, il est temps de stopper l'évasion sociale et fiscale qui affaiblit le financement de notre protection sociale.

La précarité des retraité-es agricoles est le reflet de celle des actifs et actives. Se battre pour nos droits sociaux, c'est se battre pour de meilleurs revenus pour les paysan-nes. Un système de retraite universel et équitable est un des fondements du combat de la Confédération paysanne.


En téléchargement :

    Appel à mobilisation Conf / Modef - 5 décembre 2019
CAMPAGNES SOLIDAIRES
TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Hérault
Tous Droits Réservés Confédération Paysanne de l'Hérault
Hameau du Coulet, 34520 Saint Maurice de Navacelles / confherault1@orange.fr / 06 81 18 98 67