Home > Actualités > Le salon de l'agriculture 2021 s'est passé sur nos fermes !
Partager sur :
PAYSAN.NE.S DE LA MER
12.03.2021

Le salon de l'agriculture 2021 s'est passé sur nos fermes !

27.02.2021 - Port Loupian, Mas ostréicole l'Estanhol.

Jean-François Périgné, Secrétaire national de la Confédération Paysanne (tenant le drapeau), entouré des paysan-nes de la Conf 34, partenaires et représentants politiques

Samedi 27 février, à Port Loupian dans l'Hérault, la Confédération Paysanne organisait une ferme ouverte chez Daniel Marzo, conchyliculteur, producteur d’huîtres et de moules, sur l'étang de Thau. Cette journée s'intégrait dans le programme national du « Salon à la ferme », suite à l'annulation de l'édition 2021 du Salon International de l'Agriculture.

L'occasion d'engager le débat avec les élus locaux, les responsables politiques nationaux et régionaux et les citoyennes et citoyens, qui chaque année sont de plus en plus nombreux à se rendre au SIA.

« La Confédération paysanne relocalise le salon, sur les fermes, partout en France ; parce que c'est bien sur nos fermes que nous parlons le mieux de l'Agriculture Paysanne que nous pratiquons et défendons au quotidien », déclare en introduction Paul Reder, viticulteur et éleveur à quelques km, représentant la Confédération paysanne de l'Hérault.

Son intervention est suivie par celle de Daniel Marzo qui décrit ses modes de production, tout en alertant sur les pratiques autorisées dans le cadre d'une éventuelle IGP* Huître de Thau : « ce qui me chagrine, c'est ce qu'on met dans le cahier des charges ; on n'est pas là pour tromper le consommateur ». Son collègue et voisin, Jean-Christophe Cabrol, enchaîne : « si un label autorise l'achat de coquillages d'Italie, qui trempent 6 mois à Thau puis sont vendus huîtres ou moules de Thau, nous ne sommes pas tout à fait d'accord ! ». La Confédération paysanne de l'Hérault restera sans aucun doute très attentive sur ce dossier de l'IGP*.

Le débat porte ensuite sur les questions de qualité de l'eau. Les échanges sont riches avec les élus et représentants politiques présents : Mr Indjirdjian, Administrateur en chef des affaires maritimes (DDTM de l'Hérault), représentant la Ministre de la Mer; Mr Michel, pour l'Agglomération de Sète; Mme Carmona et Mr Moreno, respectivement Présidente et VP de la commission Agriculture au sein du Conseil Régional Occitanie.

Ces dernières années, un gros travail a été mené pour sécuriser la filière conchylicole et protéger le site naturel de l'étang de Thau, site classé Natura 2000. La qualité de l'eau s'est considérablement améliorée : des efforts ont été fait de la part des viticulteurs, des communes et de l'agglomération de Sète pour réduire leurs impacts... Mais ça n'est pas suffisant et la Confédération Paysanne appelle les pouvoirs publics à la vigilance, en particulier sur les questions d'artificialisation, facteurs d'érosion des sols et de pollution de l'étang. « Prendre soin des sols, c'est prendre soin de l'eau » insiste Paul Reder. En 10 ans, le département de l'Hérault a sacrifié l'équivalent de la surface de l'étang, pour l'artificialisation.

Pour Jean-François Périgné, Secrétaire national de la Confédération Paysanne, mytiliculteur sur l'île d'Oléron (Charente Maritime), « les conchyliculteurs sont des cueilleurs plus que des éleveurs de coquillages » ; ils sont très attachés au respect des équilibres naturels. C'est d'autant plus vrai qu'ils se trouvent en première ligne face aux dégradations de leur environnement et du climat. Et de conclure en faisant le parallèle avec les pratiques pastorales et l'agriculture paysanne, dans toute sa diversité : « Nos modes de productions ont fait la preuve de leur résilience. Plutôt que d'inventer de nouveaux services environnementaux et une agriculture 3.0, aidons, valorisons les pratiques paysannes et les productrices et producteurs qui les mettent en œuvre. »

Daniel Marzo (photo de gauche) présente le travail d'élevage des huitres sur corde, utilisée sur le Bassin de Thau. Photo de droite : Jean-François Périgné, en premier plan, Secrétaire national de la Confédération Paysanne, mytiliculteur sur l'île d'Oléron (Charente Maritime) et Paul Reder, viticulteur et éleveur à Cournonteral, représentant la Confédération paysanne de l'Hérault.

 

De gauche à droite : Mr Indjirdjian, Administrateur en chef des affaires maritimes (DDTM de l'Hérault), représentant la Ministre de la Mer ; Mr Michel, pour l'Agglomération de Sète; Mr Moreno et Mme Carmona, respectivement VP et Présidente de la commission Agriculture au sein du Conseil Régional Occitanie.


En téléchargement :

    Paysan du Midi - article paru le 12 mars 2021
    Livret de la Conf' - Paysan-nes de la mer
CAMPAGNES SOLIDAIRES
TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Hérault
Tous Droits Réservés Confédération Paysanne de l'Hérault
Hameau du Coulet, 34520 Saint Maurice de Navacelles / confherault1@orange.fr / 06 81 18 98 67