Home > Actualités > Accaparement des terres : le pastoralisme n’a pas besoin de Solarzac !
Partager sur :
PHOTOVOLTAÏQUE AU SOL
19.06.2019

Accaparement des terres : le pastoralisme n’a pas besoin de Solarzac !

19.06.2019 - Mudaison, Hérault (34).

Action au siège d'Arkolia ce mercredi à Mudaison, près de Montpellier.

Une quarantaine de paysan-nes de la Confédération paysanne a occupé ce matin les locaux de la société Arkolia Energies, à Mudaison près de Montpellier, pour protester contre le projet Solarzac. Une trentaine d'autres étaient mobilisés au même moment au Caylar lors d'une réunion publique pour manifester son opposition à ce projet.

Ce projet de centrale solaire au sol de très grande taille sur la commune du Cros, sur le plateau du Larzac, dans l'Hérault, concerne un domaine de 1000 hectares, actuellement utilisé pour la chasse privée. Il comprend une centrale photovoltaïque sur 400 ha, la mise en place d'un procédé de méthanation (technologie Power-to-gaz) et 600 hectares clôturés qui seraient « rouverts au public et dédiés à la gestion et à la sauvegarde de la faune sauvage ». Deux autres scénarios moins « ambitieux » sont évoqués, mais dans tous les cas, ce sont des centaines d'hectares qui seraient artificialisées.

La Confédération paysanne est opposée au photovoltaïque « au sol » et plus strictement à l'installation de panneaux photovoltaïques sur des terres agricoles.

Pour les promoteurs de ce projet industriel, nos terres, à partir desquelles nous vivons pour nourrir les gens, que nous transmettons aux jeunes en quête de foncier pour s'installer, ne vaudraient rien ! Pour eux, nos terres agricoles et pastorales seraient des gisements « de minerais » à artificialiser ! Nous refusons que des parcelles agricoles servent d'opérations financières.

Laisser passer un tel projet mettrait en danger la vitalité de nos campagnes, car devant la faiblesse des revenus paysans, des retraites, pour les propriétaires comment résister à la tentation des promesses mirobolantes de prix de location du foncier ?

Nous ne sommes pas opposés au solaire sur les toits, sur les parkings, les anciennes décharges, les friches industrielles, mais pas sur des terres à vocation agricole. La terre n'est pas une marchandise ! Le solaire n'est pas un coup financier ! La Confédération paysanne demande donc l'abandon de ce projet. Elle restera mobilisée jusqu'à la fin du processus de consultation de la CNDP pour convaincre de son inutilité et de sa dangerosité pour le foncier agricole.

Lire aussi : Contre l'accaparement des terres, des paysans ont occupé l'entreprise Arkolia - Reporterre, 19/06/19


En téléchargement :

    Dossier de presse
RÉSEAU PAYSAN
CAMPAGNES SOLIDAIRES
TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Hérault
Tous Droits Réservés Confédération Paysanne de l'Hérault
Hameau du Coulet, 34520 Saint Maurice de Navacelles / confherault1@orange.fr / 06 81 18 98 67